Avertir le modérateur

08/07/2008

Ambiance plombée à un mois des JO

A J-365, il y a eu une énorme fête spontanée et sincère. A J-30, à Pékin, les sourires se sont crispés. De nombreux Pékinois ne pensent même plus vouloir assister en direct aux épreuves, par crainte d’une « attaque terroriste de l’extérieur ou de l’intérieur » [entendre attaque terroriste des Ouighours, ces musulmans séparatistes du nord-ouest du pays], une menace qu’on leur rabâche à longueur de journée.
Si devant les étrangers ou en public, peu osent critiquer les JO, en privé, les critiques contre « ces Jeux » sont vives. « De 2001 au mois d’avril dernier, on était si heureux d’accueillir les jeux, confie une jeune fille anonymement. Mais depuis le Tibet, on a l’impression qu’on va passer un examen… et on nous met tellement la pression ! »
 
880214515.JPG
                                    A la sortie d’un briefing de 2000 agents de sécurité du district de Chaoyang à propos des JO, le 2 juillet ; le logo de la « police des Jeux » sur la chemise d’un agent. C.Dijkhuis/20 Minutes.
 
Et pour cause : depuis quatre mois, c’est la faction dure, la Sécurité Publique qui s’est imposée dans le cercle du pouvoir à Pékin, et dirige les choix du gouvernement. Le budget sécurité a été augmenté et signe visible dans toutes les rues, il y a trois semaines, les slogans à la gloire des Jeux ont été remplacés par des bannières rouges vantant « des Jeux sans incidents ».
 
Sans compter que la mise en place en avance des mesures de sécurité supplémentaires plombe encore plus l’ambiance. Depuis quelques jours, 2000 agents de sécurité passent aux rayons X tous les sacs dans le métro ; 3000 caméras ont été installées dans le district de Chaoyang, à proximité du village olympique et là où vivent en majorité les expatriés. Durant les Jeux, entre 30 000 et 100 000 policiers seront déployés. Les chiffres varient selon les sources ( !), mais ce qui est sûr, c’est que le chef de l’armée chinoise, Ma Xiaotian, a affirmé le mois dernier lors d’une conférence à Singapour que le dispositif de sécurité à Pékin serait « sans précédent ». Au rayon des coups de main occidentaux, Interpol assiste la Chine. La France n’est pas trop mal placée non plus puisque ce sont des hommes du RAID qui ont entraîné depuis janvier et jusqu’il y a quelques jours les forces spéciales chinoises. Hum…
1604358496.JPG
 
 
Panneau publicitaire sur le troisième périphérique de Pékin, vers le village olympique, qui tourne en boucle depuis fin mai.
1er écran : (L’armée) est vaillante et sait se battre.
2è écran : Remercier le peuple
3è écran : Obéir aux ordres du Parti, Etre au service du peuple, Etre courageux et se battre. » C.Dijkhuis/20 Minutes

Tout ce qui ressemblait trop à la fête a également été supprimé des programmes. Des centaines de festivals et d’animation – institutionnels ou commerciaux- organisés en marge du village olympique, ont été annulés.
On a l’impression que la frange dure du parti ne voit plus que dans ces Jeux l’occasion d’asseoir un peu plus son pouvoir. Le comité organisateur des Jeux a bien embauché une entreprise occidentale de communication, Hill&Knowlton, en avril dernier. « Ils nous embauchent, mais ils ne nous écoutent pas », affirme, sous couvert d’anonymat, un professionnel de la communication qui lui aussi travaille régulièrement pour le gouvernement chinois.
Oublier que les JO sont avant tout une fête, c’est la plus grosse erreur que pourrait commettre Pékin… lui qui avait réussi à effacer son ardoise avec le séisme du Sichuan et l’ouverture apparente du gouvernement de Wen Jiabao, trois mois après les événements au Tibet.
Caroline Dijkhuis 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu