Avertir le modérateur

09/07/2008

Liu Xiang, le gentil petit champion

L’image des Jeux de Pékin, c’est lui. Liu Xiang, 25 ans, est le premier athlète à avoir porté la torche sur le sol chinois – il l’avait reçu des mains du président Hu Jintao, un relais loin d’être anodin. Consacré au 110 m haies dès sa première participation aux JO il y a quatre ans, Liu a depuis établit un nouveau record de 12,88 secondes à Lausanne en 2006, et n’en finit plus de faire la fierté de la Chine.

1244847155.jpg

 

« Tout le monde veut faire de Liu Xiang un symbole, Pékin comme les Chinois, affirme Wu Han, rédacteur en chef du premier quotidien sportif Titan. C’est un garçon clair, intéressant, positif. Il montre l’image d’une Chine brillante. » A Shanghai, sa ville natale, l'histoire de sa courte vie est même déjà au programme dans les écoles primaires. A chacun de ses déplacements, il provoque des scènes d’hystérie collective.

Si l’aura de Liu Xiang est importante, lui qui a laissé tomber la musique pour se consacrer au sport – même après avoir sorti un CD, c’est aussi car il est le premier Chinois à ramener autant de médailles en athlétisme. Et la première en or chez les hommes.
Cette image de « garçon sain » lui laisse en tous cas une large marge de manœuvre. L’omniprésence publicitaire des sportifs n’est pas toujours bien vue dans un pays où l’administration du sport est rattachée à Pékin, pourtant, selon le magazine économique Forbes, Liu Xiang a signé l’an dernier des engagements pour 4,5 millions d’euros, notamment avec Nike et Coca-Cola, tout en évitant les critiques. Sa participation à une publicité de cigarettes n’a même pas entamé sa notoriété. « Cette pub n’a pas eu beaucoup d’impact car elle a été peu diffusée », explique He Pengchong, journaliste sportif du site Tom.com.

 

827596221.JPG
Liu Xiang (C), vrai jackpot pour sponsors, ici sur une publicité pour les cartes de crédit Visa co-brandées Coca-Cola. C.Dijkhuis/20 Minutes


Sous ses allures de gentil, Liu Xiang a néanmoins compris le système. Alors qu’il s’est engagé à 17 ans sur la voie professionnelle, tard selon les critères chinois, son salaire est désormais aligné sur ceux des stars internationales. Homme de records, il a même assuré en octobre dernier son corps pour 100 millions RMB (9,4 millions d’euros)… il marche dans les pas de son bon ami Yao Ming, Shanghaien comme lui. D’ailleurs, les deux jeunes héros s’appellent régulièrement pour « s’entraider » à gérer leurs succès ! C.Dijkhuis

08/07/2008

Ambiance plombée à un mois des JO

A J-365, il y a eu une énorme fête spontanée et sincère. A J-30, à Pékin, les sourires se sont crispés. De nombreux Pékinois ne pensent même plus vouloir assister en direct aux épreuves, par crainte d’une « attaque terroriste de l’extérieur ou de l’intérieur » [entendre attaque terroriste des Ouighours, ces musulmans séparatistes du nord-ouest du pays], une menace qu’on leur rabâche à longueur de journée.
Si devant les étrangers ou en public, peu osent critiquer les JO, en privé, les critiques contre « ces Jeux » sont vives. « De 2001 au mois d’avril dernier, on était si heureux d’accueillir les jeux, confie une jeune fille anonymement. Mais depuis le Tibet, on a l’impression qu’on va passer un examen… et on nous met tellement la pression ! »
 
880214515.JPG
                                    A la sortie d’un briefing de 2000 agents de sécurité du district de Chaoyang à propos des JO, le 2 juillet ; le logo de la « police des Jeux » sur la chemise d’un agent. C.Dijkhuis/20 Minutes.
 
Et pour cause : depuis quatre mois, c’est la faction dure, la Sécurité Publique qui s’est imposée dans le cercle du pouvoir à Pékin, et dirige les choix du gouvernement. Le budget sécurité a été augmenté et signe visible dans toutes les rues, il y a trois semaines, les slogans à la gloire des Jeux ont été remplacés par des bannières rouges vantant « des Jeux sans incidents ».
 
Sans compter que la mise en place en avance des mesures de sécurité supplémentaires plombe encore plus l’ambiance. Depuis quelques jours, 2000 agents de sécurité passent aux rayons X tous les sacs dans le métro ; 3000 caméras ont été installées dans le district de Chaoyang, à proximité du village olympique et là où vivent en majorité les expatriés. Durant les Jeux, entre 30 000 et 100 000 policiers seront déployés. Les chiffres varient selon les sources ( !), mais ce qui est sûr, c’est que le chef de l’armée chinoise, Ma Xiaotian, a affirmé le mois dernier lors d’une conférence à Singapour que le dispositif de sécurité à Pékin serait « sans précédent ». Au rayon des coups de main occidentaux, Interpol assiste la Chine. La France n’est pas trop mal placée non plus puisque ce sont des hommes du RAID qui ont entraîné depuis janvier et jusqu’il y a quelques jours les forces spéciales chinoises. Hum…
1604358496.JPG
 
 
Panneau publicitaire sur le troisième périphérique de Pékin, vers le village olympique, qui tourne en boucle depuis fin mai.
1er écran : (L’armée) est vaillante et sait se battre.
2è écran : Remercier le peuple
3è écran : Obéir aux ordres du Parti, Etre au service du peuple, Etre courageux et se battre. » C.Dijkhuis/20 Minutes

Tout ce qui ressemblait trop à la fête a également été supprimé des programmes. Des centaines de festivals et d’animation – institutionnels ou commerciaux- organisés en marge du village olympique, ont été annulés.
On a l’impression que la frange dure du parti ne voit plus que dans ces Jeux l’occasion d’asseoir un peu plus son pouvoir. Le comité organisateur des Jeux a bien embauché une entreprise occidentale de communication, Hill&Knowlton, en avril dernier. « Ils nous embauchent, mais ils ne nous écoutent pas », affirme, sous couvert d’anonymat, un professionnel de la communication qui lui aussi travaille régulièrement pour le gouvernement chinois.
Oublier que les JO sont avant tout une fête, c’est la plus grosse erreur que pourrait commettre Pékin… lui qui avait réussi à effacer son ardoise avec le séisme du Sichuan et l’ouverture apparente du gouvernement de Wen Jiabao, trois mois après les événements au Tibet.
Caroline Dijkhuis 

07/07/2008

Mao chassé des porte-monnaie

Mes collègues du sport ont beau déjà l’avoir annoncé, je ne peux pas de pas en faire allusion sur ce blog : demain mardi, un nouveau billet de 10 yuans va être distribué en Chine… et à la place de Mao, c’est le stade olympique, le « Nid d’Oiseaux », qui sera imprimé au recto !
 
752410297.jpg

Il a été édité à 6 millions d’exemplaires, donc les JO sont loin de détrôner Mao, mais la Banque de Chine n’avait jamais osé jusqu’ici remplacer le Grand Timonier, ni les paysans, ouvriers et autres minorités nationales qui sont dans chaque porte-monnaie !

 Au verso, c'est la Grèce antique à l'honneur...

C.D.

 

1382537097.jpg

« Attendez, on vous opérera en octobre ! »

Le ministère de la Santé vient de publier une note indiquant que les opérations chirurgicales qui ne sont pas vitales, et qui demandent du sang de rhésus négatif, seront reportées à après les Jeux paralympiques de septembre. En effet, peu de Chinois sont de rhésus négatif, et les banques de sang chinoises tombent régulièrement à court. La Chine veut garder le plus de réserve possible pour les athlètes, mais aussi les touristes étrangers qui en auraient besoin cet été.  C.D.

04/07/2008

Les Chinois ne voudraient pas de Nicolas Sarkozy aux JO

La dépêche AFP est passée inaperçue, en plein dénouement de la libération d’Ingrid Betancourt. Il y a trois mois, en pleine « crise anti-française », ça aurait fait du bruit : 88% des internautes chinois ne sont pas favorables à ce que Nicolas Sarkozy vienne aux Jeux Olympiques, selon un sondage mené sur le site Sina.com.

284522554.JPG

 Légende: capture du site Sina.com, de la page spéciale consacrée au "sondage", titrant: "A l'attention du président français: les internautes chinois ne vous accueillent pas!"

C’est la réponse directe, selon les quotidiens chinois, à « la menace du président français de boycotter les Jeux Olympiques. » Et d’assurer haut et fort que déjà 100 000 internautes ont répondu à ce sondage, alors que Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il se prononcera sur sa venue à Pékin la semaine prochaine, lors du sommet du G8 qui se tiendra au Japon.

Un signe politique

« Ca ne sort pas maintenant, à presque cinq semaines des JO, par hasard, affirme Jean-François Huchet, directeur du centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC) à Hong-Kong. Il y a un véritable signe politique derrière tout ça. » Comme souvent dans l’histoire de l’internet en Chine, la manipulation par le gouvernement chinois apparaît en filigrane. Sina est l’un des grands portails d’information surveillé de près par le département de la censure ici à Pékin. « Ils veulent soit provoquer une réaction de Nicolas Sarkozy, lui faire entendre qu’il faut venir pour réparer les relations franco-chinoises, continue le directeur du CEFC. Soit Pékin a eu un signe comme quoi il ne viendrait pas, et il anticipe auprès de la population chinoise. » 

« 11% des Chinois qui sont contents que Sarkozy viennent, c’est un succès inespéré ! »

L’Ambassade se refuse à tout commentaire officiellement. Même si on penche plutôt pour une venue du président de la République, c’est l’inquiétude qui prévaut depuis que les résultats de ce sondage ont été publiés mercredi. L’Ambassadeur Hervé Ladsous, qui depuis le passage de la flamme à Paris a toujours montré qu’il voulait apaiser les choses, et avait même affirmé à Pékin que la France ne ferait pas de pression sur la Chine avant les jeux olympiques, a réuni jeudi lors d’une conférence téléphonique les consuls en place en Chine. Une chasse aux blogs sur la toile a été lancée. « On nous a demandé d’être extrêmement vigilants », confie une diplomate. Certains internautes, il est vrai, font écho au sondage de Sina, traitant parfois Nicolas Sarkozy de « nain » ou de « clown ». « 11% des Chinois qui sont contents que Sarkozy viennent, c’est un énorme succès, préfère retenir en plaisantant un autre diplomate. C’est inespéré après tout ce qui s’est passé depuis avril. » "Il y a fort à parier en tous cas que Nicolas Sarkozy n'aura pas une visite facile, s'il vient cet été", conclut Jean-François Huchet.

Caroline Dijkhuis

02/07/2008

La princesse du plongeon fait des vagues

2141294153.jpg

 

Ses amourettes lui feront-elles perdre l’or à Pékin ? C’est ce que tous les fans de Guo Jingjing, 26 ans, double médaillée d’or sur le tremplin à 3 m et sur le plongeon synchronisé à Athènes, craignent.


1855145055.jpgAprès s’être affichée avec le champion de plongeon Tian Liang (photo ci-contre), elle s’est montrée affectée par son mariage avec la championne de la Nouvelle Star locale l’an dernier. Depuis, elle a un nouveau boyfriend, un millionnaire, neveu de l’un des magnats de Hong-Kong, mais les tabloïds font courir les rumeurs les plus folles sur leur liaison.

Entre les performances (deux médailles d’argent à Sydney, deux d’or à Athènes et quadruple championne du monde) et les magasines people, c’est un peu la Laure Manaudou des bassins chinois. Jusque dans les commentaires du public. « Guo ne doit pas trop penser aux garçons, sinon, elle va anéantir les espoirs des Jeux de Pékin, prévient, moraliste, un blogueur sur Sina.com. Son joli minois ne doit pas lui barrer la route de l’or. »

C’est que la Chine a la « princesse du plongeon » à l’œil : elle, si sage jusque là, avait scandalisé le pays après Athènes en7136163.jpg devenant l’égérie d’une marque locale de cosmétiques, et en posant pour des photos sexy, dont le cliché ci-contre est tiré. Elle a même été menacée par son autorité de tutelle de ne pas participer aux Jeux de 2008. « Mais il y avait peu de chance qu’ils passent à l’acte, affirme He Pengchong, journaliste sportif du site Tom.com. C’est l’une des seules qui peut obtenir l’or. Elle a tout de même cédé à leurs demandes et freiné publicités et activités sociales. » Guo, qui s’entraîne depuis l’âge de sept ans et est l’athlète féminine la mieux payée en Chine, envisage de prendre sa retraite après Pékin. « Mettre un terme à ma carrière à la maison en 2008, ce sera très émouvant », a-t-elle annoncé l’an dernier. En attendant, vous pouvez la voir à l’œuvre ici aux championnats de Melbourne l’an dernier ; les commentaires sont en flamand je pense, mais les images parlent d’elles même.

C. Dijkhuis

01/07/2008

Les épreuves de voile engluée sous les algues?

Qingdao, hôtesse des épreuves olympiques de voile, n’a jamais aussi bien porté son nom : la ville (qui signifie littéralement « l’île verte ») s’est faite attaquer par une algue mutante qui recouvre un tiers de sa zone côtière. Sur les photos vues du ciel, la mer ressemble plus à une large étendue de gazon qu’autre chose.

1403286823.jpg


Il y a quatre ans à la même époque, Athènes s’était faite allumée pour ses retards dans les constructions olympiques ; Pékin saura installer toutes les façades à temps à défaut de terminer les chantiers en entier, mais elle n’échappera pas aux critiques environnementales.
Alors que le monde entier - athlètes et délégations en tête -, s’inquiète de la qualité de l’air, qu’une brume épaisse donne aux bâtiments de la ville des allures de fantôme depuis deux semaines sans interruption, ce sont les épreuves nautiques qui sont maintenant compromises : depuis un mois, cette algue bleue verte ne cesse de pulluler.
901377240.jpgLes autorités ont mobilisé 10 000 ouvriers et 1 000 embarcations pour nettoyer la mer ; ils ont aussi demandé à la population de venir donner un coup de main. Quelques 100 000 tonnes d’algues ont déjà été amassées, mais elles ont admis qu’il faudrait encore deux semaines pour redonner à la mer un aspect correct. Qingdao, cette ancienne concession allemande, sera certainement prête pour les épreuves qui se dérouleront du 9 au 21 août chez elle, à 600 km au sud de Pékin, mais encore une fois, les mauvaises conditions environnementales en Chine sont sous les projecteurs.
Le bureau de la Mer et de la Pêche de Qingdao a beau nier tout lien entre la pollution et l’apparition des algues, tout le monde ici se souvient de l’invasion de ces mêmes algues l’été dernier dans une série de lacs dans la région industrielle autour de Shanghai. Le bureau de la météo incrimine un réchauffement de la température de la mer, ainsi que la présence de « nutriments » dans l’eau.
C. Dijkhuis 

586406245.jpg

 

crédits: xinmin.cn 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu