Avertir le modérateur

18/06/2008

Relais reporté au Tibet : la flamme slalome entre les provinces sensibles

La flamme olympique et le Tibet, deux sujets chauds depuis le début du printemps en Chine… alors imaginez quand il s’agit du relais de la torche au Tibet ! Aujourd’hui, le cortège olympique aurait dû atterrir à Lhassa et voyager dans la région tibétaine trois jours, mais Pékin a fait marche arrière au dernier moment : le comité organisateur des Jeux a décidé que la torche irait finalement… au Xinjiang ! Le Xinjiang, cette région qui compte des musulmans séparatistes, que Pékin accuse régulièrement de fomenter des « attaques terroristes » contre les JO.

Etrange ce tour de passe-passe entre deux régions sous haute surveillance annoncé dimanche soir ? C’est finalement une aubaine pour le gouvernement de pouvoir brouiller les calendriers et prendre tout le monde par surprise. Bien entendu, Pékin a refusé d’avancer une raison à ce changement, il minore l’évènement en expliquant que le trajet du relais a déjà été modifié une fois –mais bon, c’était à cause du séisme tout de même ! Une ONG hongkongaise, le centre d’information pour les droits de l’homme et la démocratie, avance que la Chine a reculé à cause de « menaces d’attentats à la bombe » au Tibet.

Au Xinjiang, placé sous très haute surveillance depuis plus d’un an à l’approche des Jeux (des caméras ont été placées dans les mosquées), le relais s’est bien passé ; il faut dire que seuls les Ouighours (habitants du Xinjiang) recommandés par leur « unité de travail », leur entreprise, ont eu le droit de venir le long de la route assister au passage de la torche. Venir habillé en costume traditionnel était fortement encouragé – ça permettait de mettre en avant la diversité ethnique que Pékin est accusé de faire disparaître. Les balcons des appartements sur le trajets devaient obligatoirement rester vides : la consigne était passée.

Cet après-midi, le comité organisateur des Jeux a annoncé que finalement, la flamme serait à Lhassa samedi, mais une journée seulement, au lieu des trois initialement prévues. Après le tremblement de terre, lorsqu’il a fallu réarranger le trajet de la flamme qui avait pris du retard avec les trois jours de deuil national, une journée avait déjà été enlevée à l’étape tibétaine. Elle est à nouveau amputée d’un jour, ce qui montre bien que le gouvernement est préoccupé et ne tient pas à multiplier les occasions d’incidents qui attirerait à nouveau le regard du monde sur la région à moins de deux mois des JO. En revanche, Pékin refuse de ne pas voir le symbole olympique passer à Lhassa ; c’est ce que demandent les associations pro-tibétaines depuis les émeutes du mois de mars, et pour le gouvernement, ce serait une perte de face inacceptable.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu