Avertir le modérateur

01/08/2008

Rencontre avec les «fanas» olympiques

379400420.JPG

A Beige relève son tee-shirt, pas peu fier. Sur son torse, les cinq anneaux, Beibei, l’une des cinq mascottes olympiques et le fameux slogan, «un monde, un rêve». «Ca a été dur, pendant le tatouage et j’ai vraiment souffert, mais ca valait la peine: les J.O seront avec moi toute ma vie.» Depuis onze mois, A Beige est sur les routes. onze mois à pédaler, depuis la province du Heilongjiang, à la frontière russe, jusqu’à Pékin, en clamant les valeurs de l’olympisme, avec une ferveur pétrie de patriotisme: «Je veux que le monde entier sache que les Jeux olympiques ont lieu en Chine. Je suis fier de mon pays», claironne-t-il. 

«Tout le pays sait que c’est une grande chose, une chose qui n’arrive peut-être que tous les 100 ans. Cela montre que la Chine a changé. Et les jeux, à leur tour, changent la Chine, poursuit  Shi Changling, son compagnon de route qui, à 55 ans, a vendu sa boutique dans la province du Yunnan pour financer son périple en tricycle à la gloire des Jeux. Shi ne semble pas vraiment avoir entendu parler des critiques des pays étrangers envers les atteintes aux Droits de l’homme en Chine et ne paraît ne pas bien savoir ce qui se cache derrière cette notion. «Vous savez, je n’ai pas beaucoup d’éducation», s’excuse le quinquagénaire, pour qui le monde est simplement «une grande famille» et l’olympisme une «occasion pour les peuples de se parler.»

«Tout le monde a sauté de joie»

La ferveur de Shi atteste la réussite du gouvernement à avoir fait des Jeux un événement fédérateur et du soutien à «Pékin 2008» le symbole de la fierté nationale. «Je sais que des gens à l’étranger ne voulaient pas que la Chine ait les jeux. Moi, je pense que c’est une bonne chose, explique Chen, étudiant cantonais. Ca montre combien la Chine s’est développée. Je me souviens du jour où on a appris la nouvelle, en 2001: les mots «Pékin a gagné» sont apparus sur l’écran de la télé et tout le monde au sauté de joie!».

Sept ans plus tard, loin d’être écorné par les critiques étrangères, l’orgueil national est au plus haut. Les drapeaux chinois fleurissent sur les capots des voitures et sur la poitrine de tous ceux qui arborent le tee-shirt «I love China». Avec une croissance de 11,4% en 2007 et le projet «Pékin 2008», le gouvernement sait qu’il a les atouts pour satisfaire, sans assouplir le régime, une bonne partie du peuple, suivant le vieil adage romain: «du pain et des jeux.» 
Christina Lionnet 

897597271.JPG

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu